{En bref} – La différence entre un éditeur MUSICAL et un éditeur PHONOGRAPHIQUE

Je t'explique la différence FONDAMENTALE et souvent mal comprise par les producteurs ou managers qui débutent entre un éditeur musical et un éditeur phonographique
PDF

Je voudrais apporter de la clarté à propos d’une confusion très commune chez les entrepreneurs de la musique qui débutent.

C’est la confusion entre un éditeur musical et un éditeur phonographique.

Oui, il y a de quoi s’emmêler les pinceaux, c’est normal, je te rassure.

Dans le cours en ligne Accord Parfait, j’en parle plus en détail, et surtout je l’explique avec des schémas animés.

Mais comme c’est fondamental de bien comprendre, je vais essayer quand même de l’expliquer en quelques lignes dans cet article

Le point commun des éditeurs

Alors, c’est sûr que, s’ils ont un nom qui se ressemble, il y a des chances pour que leur mission se ressemble. C’est vrai.

En fait, le travail de l’éditeur musical et de l’éditeur phonographique ressemble aussi à celui d’un autre éditeur très connu et le plus ancien des trois : l’éditeur littéraire.

Un éditeur qu’il soit littéraire, musical ou phonographique a UNE mission :

ÉDITER !

Et éditer ça veut dire quoi ?

PUBLIER.

Et comme on est dans le domaine économique, le monde du commerce, alors on peut dire que le rôle de l’éditeur est de :

PUBLIER ET COMMERCIALISER.

Ce qui implique parfois un travail de fabrication, souvent un énooorme travail de promotion et un solide réseau de distribution.

Ce qui va ensuite les distinguer, ces différents éditeurs, c’est leur “spécialité” :

❇︎ Un éditeur littéraire publie et commercialise : des œuvres littéraires (livres, etc.)

❇︎ Un éditeur musical publie et commercialise : des œuvres musicales (c’est-à-dire de la composition et éventuellement des paroles. À l’origine, le rôle de l’éditeur musical était de publier des partitions).

❇︎ Un éditeur phonographique publie et commercialise : ce qu’on appelait avant des phonogrammes, c’est-à-dire des enregistrements musicaux.

Voici une photo du Phonographe d’Edison qui permettait l’enregistrement de la musique sur un phonogramme, support d’enregistrement qui avait une forme de cylindre, l’ancêtre des disques on peut dire).

phonographe

 

Un éditeur MUSICAL gère l’exploitation d’une ŒUVRE MUSICALE

Un éditeur musical, c’est celui dont je parle dans cet article : Un éditeur musical, c’est quoi exactement ?

Il travaille avec des auteurs-compositeurs, du côté de la création des œuvres musicales.

Je rappelle qu’une OEUVRE musicale n’est PAS (!!!!!) un ENREGISTREMENT.

Une oeuvre musicale, on peut dire que c’est assez abstrait comme notion, c’est la composition de la musique, et éventuellement les paroles s’il y en a. En réalité, avant même la partition, indépendamment de tout support, l’oeuvre musicale existe.

Donc l’éditeur musical intervient en quelque sorte au tout début de la création musicale.

Il signe des contrats de cession et d’édition musicale, et éventuellement des contrats de préférence éditoriale avec des auteurs-compositeurs.

L’éditeur musical est membre de la SACEM.

Il évolue dans le Monde des Droits d’auteur.

À lire à ce sujet : {En Bref} Les droits d’auteur dans la musique.

Un éditeur PHONOGRAPHIQUE gère l’exploitation d’un ENREGISTREMENT

L’édition phonographique est une des activités d’un label.

Pour y voir plus clair, tu peux lire l’article : C’est quoi un Label de Musique ?

L’éditeur phonographique intervient plus tard dans le cycle de la création musicale. Il intervient une fois que la musique a été enregistrée.

Il gère la partie commercialisation et distribution d’un enregistrement qui existe déjà.

Un label qui enfile sa casquette “éditeur phonographique” signe un contrat de licence exclusive avec un producteur phonographique qui vient lui demander de l’aide pour commercialiser son enregistrement (EP, album…).

Production et édition phonographiques sont les 2 activités principales d’un label : enregistrer de la musique (c’est la production) et la commercialiser (c’est l’édition phonographique).

Ici, il n’est jamais question de droits d’auteur. Producteurs et éditeurs phonographiques évoluent dans le Monde des Droits voisins.

 

Article rédigé par Jennifer ESKIDJIAN
Article rédigé par Jennifer ESKIDJIAN

Juriste ~ Formatrice en Droit de la Musique
Fondatrice du site à ContreTemps

À Propos

Si tu penses que cet article peut être utile à quelqu’un, n’hésite pas à le partager :

LinkedIn
Twitter
Facebook
Reddit
Telegram
Envoyer par Email
Tu veux rester connecté ?

Si tu veux recevoir des infos utiles, des réflexions, des outils, des partages… je t’accueille avec plaisir dans la Newsletter ! Inscris-toi juste ici :

.

J’accepte de recevoir les informations régulières du site. Mes données personnelles seront traitées conformément à la politique de confidentialité du site. Je peux me désabonner à tout moment par le lien figurant en bas de chaque email.

Les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

D'autres articles à lire :

Tu entends parler de producteur musical, de producteur phonographique ou même encore de producteur de disques. Mais qu’est-ce qu’il y a vraiment derrière ce terme ?

Lire la suite »

Préambule : Si tu veux signer un contrat avec un label, adopte le bon état d’esprit Quand on doit signer un contrat avec un label

Lire la suite »

Nous explorons ce sujet capital du choix et de la protection du Nom de Scène avec Jérémy Béchet, juriste spécialisé en droit des marques

Lire la suite »